09 70 100 100

Devis gratuit

Le Clicker-Training

Le clicker-training a été conceptualisé suite à la réflexion de dresseurs voulant interagir avec des animaux difficile à contrôler. L’idée était de se demander, comment amener des animaux à exécuter des figures ou des missions sans pouvoir les approcher et/ou les forcer.

Partant de ce postulat, ils se sont tournés vers les lois scientifiques de l’apprentissage pour conceptualiser une technique simple en théorie et ultra efficace d’un point de vue cognitif.

Cela ne peut donc pas ne pas fonctionner. Pourquoi ? Parce que les fondements du clicker-training sont tirés des lois scientifiques de l’apprentissage en réunissant deux conditionnements ultra efficaces :

  • Le conditionnement classique : clique + renforcement primaire (quelque chose qu’un animal aime de façon spontanée). Après quelques répétitions, le son du clicker devient annonciateur d’une friandise.
  • Le conditionnement opérant : mon comportement a un effet boomerang sur l’environnement qui me renvoie soit :
    • quelque chose d’agréable (je l’adopte et je le reproduit)
    • rien d’agréable ou de désagréable (je ne le mémorise pas).

Ce qui revient à formuler que travailler au clicker-training du point de vue de l’éducateur c’est : j’aime tout particulièrement le comportement de ce chien j’aimerais qu’il le mémorise et le reproduise, je déclenche le clicker et je lui offre une friandise.

Et apprendre au clicker-training du point de vue du chien c’est : en adoptant un comportement, j’entends le son du clicker et j’obtiens une friandise. Je mémorise ce comportement comme productif, je le produis à nouveau pour vérifier qu’il a un effet déclencheur sur le clicker, dans l’affirmative, j’adopte ce comportement.

Le clicker ne sert pas à informer au chien que « c’est bien » ce qu’il vient de faire, mais que c’est exactement et précisément ce comportement qu’il vient de produire qui lui vaut un clique et par voie de conséquence une friandise.

Le chien capable d’apprendre, mémorise le comportement productif et le proposera avec motivation puisqu’il reçoit de l’environnement de l’agréable.

L’intérêt du clicker est qu’il nous offre l’opportunité de cliquer à la seconde nous mettant dans la réalité qu’il n’y a pratiquement aucune limite dans les objectifs éducatifs que l’on pourrait se fixer. À l’inverse il n’y a pratiquement aucune limite dans ce qu’est capable de comprendre un animal.Pour l’anecdote, nous avons rééduquer l’oculaire d’un chien qui était pleinement acteur dans son processus de rééducation, comme on pourrait le faire avec un enfant. Ce qui était alors impensable il y a quelques années en arrière l’est aujourd’hui grâce à cette technique, les animaux par le simple fait d’accepter et d’aimer interagir avec nous nous apportent de façon tangible la preuve de leur incommensurable capacité à comprendre leur environnement.

Interagir avec un animal grâce au clicker ne peut donc pas ne pas fonctionner, en revanche il n’est pas exclu que l’entraîneur ne sache pas bien s’en servir et qu’il éprouve quelques difficultés à amener le chien vers l’objectif qu’il s’est fixé. Ce n’est donc pas la technique qui est à remettre en cause mais celui qui l’utilise.

Cette clairvoyance sur l’incroyable « intelligence » des animaux n’est plus réservée à quelques initiés ou privilégiés capables par empathie ou par opportunité de créer une relation intime avec un animal, elle est offerte désormais à qui veut s’y aventurer. Les animaux grâce à cette technique d’apprentissage, qui n’avait probablement pas cette vocation de base, fait véritablement changer en profondeur l’idée de ce que nous nous faisons de l’animal en leur donnant la parole.

Auteur : Catherine Collignon – © – 2016 – www.animalin.net

Ces actualités devraient vous intéresser

Précédent Suivant