09 70 100 100

Devis gratuit

L'assurance santé animale en Europe

Toutes les 2,5 secondes, un animal est hospitalisé pour une urgence et toutes les 6 secondes, un propriétaire est facturé d’une somme dépassant 3000 $ (données américaines). En moyenne, 1 chien sur 3 aura besoin de traitement d’urgence tous les ans. Face aux sommes dépensées pour la santé de nos petits compagnons, l’assurance santé animale prend donc tout son sens et se développe dans de nombreux pays.

Introduction

L’assurance existe depuis le 14ème siècle. Elle fut d’abord proposée à Gènes. La première assurance santé animale a été créée en Suède en 1924.

Une assurance est un mélange entre une épargne préalable et une assistance à tous ceux qui ont été frappés par le sort. Nous cotisons pour l’assurance à laquelle nous souscrivons pour bénéficier d’une indemnisation de la part de celle-ci lors d’accident ou de maladie.

L’assurance est donc une réunion de personnes qui, craignant l’arrivée d’un évènement dommageable pour elles, cotisent pour permettre à ceux qui seront frappés par cet évènement de faire face à ses conséquences.

L’assurance santé animale protège les animaux de compagnie et concerne donc les propriétaires et les éleveurs. Elle permet des indemnisations lorsque des frais de soins vétérinaires sont engagés.

Si la France est un des pays comptant le plus d’animaux de compagnie, nous ne battons pas de record concernant l’assurance santé animale. En effet, ce marché est beaucoup plus développé en Suède, en Angleterre ou en Suisse. Nous allons essayer de comprendre les différences et similitudes des assurances santé animales en Europe et ailleurs.

Tableau comparatif

Pays Population totale Population assurée % de population assurée Les plus Les moins
France 20 millions 1.8 million 9 % Beaucoup de diversité en termes d’offres d’assurance Peu de collaboration avec les vétérinaires
Angleterre 10 millions 3.5 millions 35 % Contrats pas très restrictifs : maladies héréditaires et congénitales remboursées Diversité importante des prix en fonction des individus
Etats-Unis 110 millions 1.4 million 1 % Bonne couverture Peu diversifié
Suède 2 millions 1.7 million 85 % Collaboration avec les experts de la santé animale Vétérinaires peuvent être influencés par les assurances : existence de partenariats

L’assurance santé animale en France

9 % des propriétaires français de chiens et chats français sont assurés, avec 96 % de chiens et 4 % de chats.

Les assurances françaises sont diversifiées avec beaucoup de variations au niveau des délais de carence (période après la souscription à l’assurance pendant laquelle le chien n’est pas couvert) qui vont de 30 à 120 jours pour la maladie et de 0 à 30 jours pour les accidents mais également des formules qui vont des plus complètes à des formules beaucoup plus réduites. Le propriétaire souhaitant souscrire à une assurance a donc non seulement un choix très personnalisable, mais aussi une offre si large qu’il est facile de s’y perdre. Il est donc conseillé de comparer les différentes offres des assureurs pour trouver le contrat qui vous sera le plus avantageux.

En France, on conçoit l’assurance santé animale comme une assurance tout risque. Les propriétaires français attendent qu’elle rembourse la vaccination, le détartrage, la stérilisation, les maladies, les accidents,… Là encore, il faut lire attentivement les conditions générales avant de souscrire à une assurance. Il faut particulièrement comparer les différentes assurances sur les frais qui sont remboursés et à quelle hauteur, sur les exclusions, les franchises et plafonds de remboursement, les délais de carence, les conditions de souscription, le prix de la cotisation,…

Si les contrats d’assurance français sont réputés pour être peu clairs, pour comporter beaucoup d’exclusions, c’est en réalité dû à une offre très complète qui rend l’analyse de l’assurance santé animale française difficile. D’autant plus que de nouvelles formules sont régulièrement mises sur le marché et, qui sait, un jour les contrats d’assurance proposeront, comme en Angleterre, de prendre tout ou presque en charge, y compris les maladies héréditaires pour tenter de toujours approcher au plus juste le bien être de vos compagnons à quatre pattes.

Compte-tenu du Code de Déontologie des Vétérinaires qui régit la profession vétérinaire et du peu de collaboration entre vétérinaires et assureurs en France, le rôle du vétérinaire est aujourd’hui très limité alors que c’est un des atouts des assureurs anglais ou suédois.

Bibliographie :

L’ASSURANCE MÉDICO-CHIRURGICALE POUR ANIMAUX DE COMPAGNIE EN FRANCE ET AU ROYAUME-UNI – Pascal Antoine SURUGUE

Alexandra Fieux pour Fidanimo, Etudiante vétérinaire en 3ème année à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA), Présidente de ProVéto Junior Conseil, Junior-Entreprise de l’EnvA

Ces actualités devraient vous intéresser

Précédent Suivant